+20 69 3600 145 info@redseacollege.com

D’après les lois de la physique, un bourdon ne pourrait pas voler, or il le fait. Quand je regarde un poisson coffre, je pense systématiquement à cet insecte. Ils sont encombrants et se déplacent de façon maladroite mais attachante. C’est grâce (ou à cause de) à ce manque de maniabilité que le poisson coffre à organiser son système de défense. Leur estomac est hautement élastique et leur permet d’avaler une grande quantité d’eau en un temps record, les transformant en une grosse boule pas du tout appétissante et plutôt indigeste pour la plupart des prédateurs. Ils peuvent tripler de volume, certains ajoutent même des épines au menu (le diodon)  dont certaines sont toxiques. Ils ont également un poison interne dissimulé à l’intérieur pour la vengeance ultime envers ceux qui auraient quand même réussi à les ingérer. Leur venin est 1200 fois plus venimeux que le cyanure, il y en a assez pour tuer une trentaine d’êtres humains adultes !

La taille des coffres varie de 2 cm (le coffre pygmée endémique aux rivières Indiennes) à 60cm de long. Ils ont 4 dents, 2 en haut et 2 en bas, qui lorsqu’elles sont jointes donnent l’impression d’un bec. Ce « bec » est idéal pour leur régime omnivore, leur permettant d’arracher les feuilles des plantes et d’écraser les coquilles des mollusques juteux…hummm.

Pendant la reproduction, la femelle, guidée par le male, se rapproche du rivage ou elle lâchera entre 3 et 7 œufs, tres légers qui vont flotter à la surface pendant une semaine avant d’éclore. Une fois éclos, les bébés commencent à développer des nageoires et une queue. En se développant ils vont perdre leur flottabilité et couler pour rejoindre les autres poissons de récifs et leur nouvelle maison.

Comme la plupart des poissons, son plus grand prédateur est l’homme, notamment au Japon, ou il est consommé sous le nom de fugu. Les chefs sont spécialement formés pour enlever les toxines tueuses, laissant juste une toute petite partie pour donner au diner un gout particulier. Beaucoup de personne succombent à ce plat chaque année à cause d’une préparation hasardeuse… Ce serait peut être une bonne idée de les laisser sur le récif ???

Pin It on Pinterest

Share This