C’est pendant qu’elle filmait  la dernière plongée d’une cours recycleur  Trimix à 100m à Shark Reef que Virginie Abrial, plongeuse  technique au recyleur, a eu la surprise de sa vie lorsqu’un grand requin inconnu est passé au dessus d’elle.  Virginie, Manager de PURE, raconte : “Nous étions à -65m, en train de réaliser notre premier palier de décompression. Je regardais vers la surface pour avoir un jolie séquence vidéo quand j’ai vu la silhouette très distincte d’un grand requin nager au-dessus de nous”. “ Je n’ai pas reconnu cette silhouette, continue Virginie, ce requin semblait comme épineux si je peux dire, avec de grandes nageoires pectorales et pelviennes très courbées. C’était comme s’il avait des crochets partout”. Le requin à l’allure étrange est passé tranquillement au-dessus d’eux et a soudainement fait demi-tour pour se diriger droit sur elle et lui passer juste à côté, à moins d’un mètre. « J’ai clairement pu voir sa tête aplatie et ses dents proéminentes. Et puis après deux coups de queue très rapides ce requin de plus de 2 mètres a disparu derrière un rocher près de là et on ne l’a plus revu. Ce moment a sans doute duré moins d’une minute mais il était magique » termine-t-elle. Pour Stephen, l’élève du cours, c’était définitivement une plongée de formation mémorable à noter dans son carnet de plongée !

Les trois plongeurs, de retour au Red Sea Diving College, ont essayé de récolter des informations supplémentaires et des photos sur internet, mais en vain. Ils ont alors passé pas mal de temps à revoir la vidéo au ralenti et en mode pause, afin de pouvoir noter les caractéristiques de ce requin. Grâce au livre “Sharks of the World”  aux éditions Collins, ils étaient presque surs d’avoir filmé  un requin extrêmement rare du nom de Requin Fossile (Hemipristis elongata). Afin d’en avoir le cœur net, ils ont envoyé la vidéo et les photos extraites  du film au Professeur  Jean Jaubert, ancien  Directeur du Musée Océanographique de Monaco qui lui même a transmis tout cela à un collègue, le Professeur  Bernard Seret du Département Systématique et Evolution de l’Institut de Recherche pour le Développement du Musée National d’Histoire Naturelle de Paris. Ce dernier a identifié de manière positive ce requin comme étant un Requin Fossile. Les deux Professeurs ont également confirmé qu’à leur connaissance il n’y avait aucune photo ni vidéo qui existaient de ce requin vivant.

Cela rend donc les 60 secondes du film de Virginie très importantes et d’une grande valeur pour la future recherche scientifique. Dans le passé, ce genre d’espèce des grandes profondeurs n’avait pu être reconnue et examinée que sur des carcasses de requins morts, récupérées dans des filets de pêche ou échouées sur la plage. Il y a quelques décennies le Requin Fossile était une espèce fréquemment observée en Mer Rouge mais la population de ces requins a dangereusement diminué à cause de la surpêche. Il est désormais inscrit sur la liste rouge de l’IUCN comme étant une espèce en danger critique. Virginie a terminé en nous disant « J’espère réellement que ce requin n’est pas l’un des derniers de son espèce. Je me réjouis d’avoir peut-être l’opportunité de retomber nez à nez avec lui à Shark Reef. Les rencontres naturelles de ce type sont une des principales raisons pour lesquelles j’aime plonger avec un recycleur à circuit fermé ». PURE (Professional Underwater Rebreather Explorers) est un centre de formations de plongeurs et d’instructeurs techniques et recycleur  basé dans les locaux du Red Sea Diving College à Sharm el Sheikh.

Vous pouvez voir cette vidéo à cette adresse