Le convoi avait jeté l’ancre dans le port sécurisé de l’île Shadwan dans le détroit de Gubal, au clair de lune, parfaitement inconscient du sort qui l’attendait. Pensant que la Royal Navy les avertirait de tous les raids aériens, les bateaux s’étaient installés pour la nuit, dans l’illusion de la sécurité.

Pendant ce temps, deux bombardiers Heinkel HE111 déployés de Crète se dirigeaient vers la mer Rouge. S’approchant dangereusement de la panne de carburant, ils étaient impatients de retourner à la base. Dans le but de conserver le précieux combustible, les bombardiers avaient préparé les bombes pour les jeter à la mer, lorsqu’ils repérèrent le convoi protégé. Lourdement chargé en munitions et autrement plus grand, Le SS Thistlegorm était ancré loin du convoi, et la petite distance qui le séparait des bombardiers en faisait de ce fait leur cible idéale.

Après un vol de reconnaissance l’un des avions 111 SE largua 2 bombes, pénétrant toutes deux l’arrière du bateau, et dont une atteignit la quatrième cale réservée à l’arrimage des munitions. Il existe des rapports contradictoires concernant les explosions initiales, mais les déclarations de survivants indiquent qu’il y  eut un bruit sourd provoquant un grand incendie qui ravagea les 2 cales arrières du navire.

Les munitions des cales commencèrent à chauffer dans l’incendie à l’instant même où coups de feu et balles traçantes se mirent à voler dans toutes les directions. Environ un quart d’heure après l’attaque, une explosion massive éclata dans les soutes arrières. Cela fut sans doute du au fait que l’une des bombes, appartenant au cargo de munitions du navire, et logée au niveau de la cale incendiée, a progressivement « cuit » dans la chaleur de la pièce en feu, scellant par la même occasion le sort du navire.

 

Ainsi, dans les premières heures du 6 octobre 1941, à 01 :39 précisément, le Thistlegorm sombra  finalement avec une très forte explosion qui fut entendue jusqu’au Caire, à plus de 200 miles. La détonation brisa le dos du bateau qui plia tel un couteau suisse, coulant presque instantanément. Des projections de débris endommagèrent d’autres bateaux à proximité, et une partie importante du navire, dont 2 grandes locomotives, furent éjectées à 80 mètres de là. Ces dernières demeurent encore à ce jour sur le fond marin.

Des membres de l’équipage survivants furent recueillis par le HMS Carlisle et mis en sécurité. Le marin Angus Mac Leay, l’un des membres de l’équipage, a reçu la médaille « George » en récompense de la bravoure dont il avait fait preuve cette nuit-là, ayant emporté un tireur grièvement blessé par les flammes sur le pont et sur une embarcation de sauvetage. Malheureusement, le bateau perdit neuf hommes cette nuit-là, 5 canonniers et 4 marins de la marine marchande. Pendant de nombreuses années, les navires britanniques de passage sur la zone abaissaient leurs drapeaux en l’honneur du SS Thislegorm et de ses vies perdues. Aujourd’hui, l’épave reste présente dans les mémoires comme étant l’une des plongées les plus passionnantes de la mer Rouge.

Ce fut la dernière partie de notre série Thistlegorm. RSDC organise des excursions hebdomadaires au départ de cette épave exceptionnelle. Vous pouvez plonger pour le plaisir ou intégrer les plongées dans un cours de spécialité tel que «Wreck Diver » ou « Nitrox ». Consultez notre site web pour plus de détails sur les cours et les réservations.

    

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

Shares